Gardner McKay: témoignages...
index

Témoignages, Anecdotes et histoires



La série, le Capitaine Troy ont inspiré votre vie, ou ... vous avez rencontré Gardner McKay.
Racontez votre histoire...

Pour beaucoup, cette série des années 60 a déterminé le reste de leur vie (passion, amour, métier, voyages...).

Si cela a été le cas pour vous, ou si vous avez croisé la route de Gardner McKay, racontez votre histoire à mon adresse email: francois@capitainetroy.com et je placerai votre témoignage sur le site pour le plaisir de tous.

Michelle raconte...

Je viens de faire le tour complet du très beau site que vous avez consacré à Gardner Mac Kay. Vous avez réalisé un travail élégant, sobre et très intéressant, qui me donne le sentiment d'être totalement en accord avec la personnalité de cet acteur.

J'avais quatre ou cinq ans quand nous avons eu notre première télévision : de la marque Perrin (je me souviens avoir joué avec le carton d'emballage). "Aventures dans les îles" passait à la télévision, et j'ai été subjuguée par la beauté et l'allure de cet acteur, comme par les paysages magnifiques. Et je me souviens avoir profité de l'absence de ma mère pour embrasser l'écran de la télé quand le visage du Capitaine Troy est apparu en gros plan, et avoir ressenti un double frisson, celui de l'émotion, et celui du contact avec l'écran.

Je n'ai jamais oublié son nom par la suite et au fil des années, non plus que le souvenir de ce feuilleton. Et récemment, quand je suis venue à Paris pour l'exposition Richard AVEDON, j'étais loin de me douter que je verrais, dans la série sur Paris et la mode, le visage et la silhouette du Capitaine Troy, qui était donc venu à Paris. J'ai appris le reste de l'histoire sur votre site.

Je garde chez moi depuis des années une photographie dédicacée que mon cousin, en vacances aux Etat-Unis, m'avait envoyée en carte postale ; cette photographie figure sur vos pages photos.

Vous m'avez fait plaisir... Merci.

Michelle - 09-05-2009


Fabienne raconte...

En 1965, j'étais en 7ème (CM2 ), en Côte d'Ivoire, et j’achetais des chewing gums à la sortie de l’école. Un jour, à l'intérieur du paquet, il y avait la photo de Gardner Mac Kay, l'acteur dont j'étais tombée amoureuse lors d'un séjour en France pendant les vacances d'été.
J'ai gardé cette photo précieusement dans ma boite à bijoux. Je viens de la scanner pour que vous puissiez l’ajouter dans votre site, si vous le désirez. Cette photo m’a suivie jusqu’au bout du monde puisque je vis aujourd’hui en Australie avec mon mari et ma fille.

J’ai aussi une autre anecdote : mon mari m’a fait connaître un des ses amis, acteur australien.
C’est chez cet homme, alors que nous écoutions une retransmission de la remise des oscars à la télévision que nous avons appris le décès de Gardner Mac Kay.
J’étais bien sur choquée et peinée et, à la faveur de ce triste évenement, notre ami nous apprenait, à ma grande surprise, qu'il avait loué aux Etats-Unis, quelques années auparavant, durant un tout petit séjour, une maison qui appartenait à Gardner Mac Kay.

Amicalement et encore bravo pour votre site

Fabienne Scott - 26-04-2009

Mireille Cuvelette nous raconte...

En 1963, j'avais 16 ans et j'étais pensionnaire dans un collège tenu par des religieuses à Sucy-en-Brie (94).


Durant les vacances de Pâques, alors que l'ensemble de mes compagnes rentraient chez elles, j'étais "punie" par la varicelle de mes frères et soeur, donc condamnée à rester sur place pour éviter de l'attraper. Je partageais ainsi le sort d'une vingtaine d'élèves étrangères qui ne pouvaient retourner dans leur lointain pays juste pour quinze jours.

Afin d'atténuer cette claustration imposée, les bonnes soeurs avaient décidé de nous emmener voir West-Side-Story, avenue des Champs-Elysées, dans un cinéma qui le programmait en continu depuis sa sortie en 1961. Alors que l'autocar qui nous transportait parvenait à la hauteur du Palais de la Découverte, avenue Franklin Roosevelt, j'ai aperçu Gardner qui avançait en sens inverse sur le trottoir devant le musée.

J'ai poussé de tels hurlements, alors que personne ne voulait me croire, que le chauffeur, débordé par la troupe, a du arrêter son véhicule. Une grappe d'adolescentes en furie s'est agglutinée, toutes du même côté, en criant et frappant sur les vitres. Gentiment, Gardner a approché son mètre 90 et peut-être plus, afin de tenter de nous serrer la main par les petits vasistas coulissants. Il y a même glissé un autographe que j'ai attrapé, mais pas pu conservé, car littéralement écrabouillée par mes copines.

Les bonnes soeurs ont eu un mal de chien à obliger tout ce petit monde à réintégrer rangs et sièges. Quand au chauffeur, il était terrorisé et soufflait enfin après avoir cru que son autocar allait basculer sur le trottoir sous le poids de toutes ces filles frapadingues.

Inutile de dire que cet épisode a nourri nos conversations, nos rêves et fait pâlir d'envie autant que de rage les "vacancières" lorsqu'elles sont revenues et ont, bien évidemment, été informées de l'aventure.

Toutes mes amies actuelles, de la génération "Aventures dans les îles", sont encore toute songeuses et mélancoliques à l'évocation de cet acteur (si peu) qui a su rester simple et gentil, faisant fi de l'attitude capricieuse qui en caractérise plus d'un.

Pour le fun, j'ai tout de même eu la varicelle pour laquelle on m'avait tenu éloignée. L'incubation étant de 40 jours, les semaines précédentes j'avais été en contact avec les vilains contagieux. C'est bien grâce à cette méconnaissance médicale que j'ai eu le plaisir de rencontrer le Capitaine Troy !

Bien cordialement à vous.

Mireille Cuvelette.



Michèle Cieutat nous raconte...

PARIS, 1963...

Mon nom est Michèle Cieutat, j'habite à Neuilly sur Seine.
Je n'ai pas personnellement connu Gardner Mc Kay, mais mon père a eu l'occasion de le rencontrer une fois. C'était en 1963. Mon père sortait de son travail pour aller déjeuner. Il travaillait à la BDIC (Bibliothèque de Documentation Internationale et Contemporaine), Avenue Kléber. Il tombe sur Gardner qui était avec un ami, et il s'est spontanément dirigé vers lui, laissant ses collègues sur le côté, pour lui exprimer son admiration.
Il était, comme beaucoup d'autres personnes à l'époque, un téléspectateur assidu de" Aventures dans les îles" . Mon père, surmontant sa réserve naturelle, a osé lui adresser la parole. Il n'a pas été déçu: Le héros de Aventures dans les Iles" s'est arrêté avec grâce, et a discuté pendant un bon quart-d'heure que mon père seul a interrompu, contrainte horaire oblige!
Il était simple, chaleureux, charmant, s'exprimant dans un très bon français, n'ayant pas l'air de vouloir mettre un terme à la conversation, s'intéressant à la vie de mon père.
A la fin, mon père a tout de même pensé à lui demander un autographe. Gardner a fouillé dans ses poches, mais il n'avait pas de papier sur lui, heureusement, mon père avait dans son portefeuille une photo de sa mère et de sa fille( ma soeur donc, à l'époque âgée de 4 ans) en Corse, dont mon père est originaire. L'acteur a longuement regardé la photo qu'il a trouvée belle et émouvante, et il a écrit une longue dédicace qui a beaucoup touché mon père, et qui a donné à cette photo une valeur inestimable.

Il ne l'a jamais oublié, et quand, des années plus tard, "Aventures dans les Iles" est repassé à la télé, mon père a tout enregistré. Il a été très triste l'autre jour quand je lui ai dit que l'acteur était mort en 2001, ce que j'ai appris sur l' excellent site que vous lui avez consacré.
Cela lui a même fait un choc, mon père est né en 1929, il avait donc sensiblement le même âge que Gardner Mc Kay, il n'arrivait pas à le croire.

Voilà, j'espère que ma petite anecdote vous a plu et qu' elle aura la chance d'être publiée. (...et elle l'est!)




début
Retour haut de page

l Accueil l Les détails de la série l Tous les épisodes l Histoires l Guest stars l Biographie de Gardner McKay l Les fiancées l
Videos l Filmographie et œuvres de McKay l McKay en France l Photos l News & Livre d'Or l Liens l Plan du Site l English Version

Site créé le 5 janvier 2003 - Copyright © capitainetroy.com France 2003-2012 - All rights reserved - Toute reproduction, même partielle interdite