Les Aventures dans les Iles : Gardney McKay- Sa biographie
index
Gardner McKay, alias Capitaine Armand Troy
La première star mondiale de la série télé

Sa biographie, "Un Voyage Sans Une Carte"



Sa Biographie
photo

Un homme original, un sportif, un artiste et un intellectuel...

De gauche à droite: Gardner, Grand-mère Mom, Papa, Maman, frère HughGardner à 5 ans George Cadogan Gardney McKay est né à New-York (États-Unis) le 10 juin 1932.
Petit fils de Donald McKay, architecte naval de Boston qui construisit plus de 70 clippers et goélettes entre 1841 et 1875, il est le deuxième fils (son frère aîné a le même prénom que son père) de Catherine et Hugh Dean McKay, cadre dans la publicité. En 1936, sa société le nomma en poste à Paris. Et c'est ainsi qu'en juin, toute la famille McKay quitta New York pour l'Europe à bord du "Bremen" Première de nombreuses traversées, puisque entre 4 et 17 ans, le jeune "Gard" avait déjà parcouru l'Atlantique 8 fois et séjourné dans 13 écoles différentes. (photos: à gauche, agé de 5 ans - à droite, photo anniversaire - 3 ans - de Gardner au domicile de la famille à New York avec la grand-mère "Dear").

Premiers "bords"...
A Paris, la famille s'installa rue Beaujon, et les jeunes Gard et Hugh étaient inscrits à l'école privée. Comme beaucoup de jeunes parisiens, les jeudis et dimanches étaient passées à s'amuser et courir dans le Jardin d' Acclimatation faire du vélo dans le Bois de Vincennes, ou pousser son petit voilier de bois dans le bassin des Tuileries (une passion naissante?)*. L'été, il passait souvent ses "Grandes Vacances" en Charente dans la ferme familiale de des parents de Denise, la domestique des McKay. Mais trois ans sont vite passés et une guerre possible de précisait de plus en plus. A quelques jours des hostilités, en août 39, le père Hugh McKay décida de prendre le dernier bateau du Havre pour rentrer en Amérique avec toute la famille.
De retour aux USA, la passion pour les bateaux ne le quitta pas. A 10 ans, Il aimait passer ses vacances d'été à faire du canoë le long des plages du Connecticut. Il devint un marin expérimenté et à 15 ans (1948) il voguait cette fois le long des côtes de Long Island sur son propre voilier de 6 mètres: le "China Boy" sur lequel il aimait naviguer en solitaire entre le Connecticut et le Maine (le voilier coulera à deux reprises).


photo
Talentueux...
A la rentrée de 1948, il effectue ses études secondaires à l'"High School" de Darien (Connecticut, état voisin de New-York), petite ville d' env. 10.000 habitants sur la côte. Il n' y resta qu'un an. Ses résultats scolaires n'étaient pas satisfaisants, mais néanmoins, ses camarades l'ont élu le "le garçon le plus populaire de la classe" et devint à 17 ans la vedette de l'équipe de football (US) de Lakemont Academy! L'année suivante, on l'inscrit à l'Université d'Harvard: recalé! Finalement il fit ses études universitaires à Cornell University d'Ithaca, dans l'état de New-York, à plus de 300km au nord! Loin des bateaux, de la mer, mais aussi de ses parents, il a pu épanouir ses talents naturels pour le sport, l'écriture et les arts. C'est ainsi qu'il fit ses premières armes dans le journalisme en tant que critique de cinéma au journal local "Cornell Daily Sun", et dirigea pendant un temps le magazine du campus: "The Widow" (La Veuve), et y écrivit des articles sous le pseudo de “I. Stempel”, un nom qu’il affectionnait, celui d’un simple employé de magasin qui lui vendit des chaussures!
A 19 ans, après la mort de son père, il quitta l'université, et retourna quelques mois chez sa mère au 925, Park Avenue, Manhattan.

En 1952, après six mois dans la publicité à créer des spots pour la télé et la radio, le jeune Gardner décida de partir pour s'installer à Greenwich Village (au nord de New-York), où il alla vivre 3 ans. Il mettra à profit son expérience journalistique universitaire pour écrire de nombreux articles (en particulier pour quelques revues spécialisées dans le yachting), et fut à la fois designer, artiste publicitaire, dessinateur de couvertures de disques et peintre. Sa passion était pourtant la sculpture, où il excella dans la réalisation de grands mobiles. Après un an de travail dans ce domaine et cinq grandes expositions personnelles, il laissa une de ses œuvres au Musée de l'Art Moderne de New York et un autre au White Museum d'Ithaca: un mobile de 5.5M de large sur 4.5M de haut constitué de 56 pièces métalliques!

Mais l'art ne nourrit pas son homme, et c'est donc la photo qui l'aida à vivre, grâce à la vente de clichés de portraits et de mode. S'étant installé en Californie, ce métier lui permit de prendre des parts de la société d'agences de mannequins "Flair" (une à Los Angeles, l'autre à San Francisco), société dont il deviendra le PDG en 63.
Dore Schary
Dore Schary
(1905-80)

De la photo au cinéma...
C'est en 1956, lors de l'une de ses expositions qu'il fut remarqué par le photographe Richard Avedon qui l'invita à Paris pour une série de photos pour le magazine de mode "Harper's Bazaar" avec la Top Model de Chanel de l'époque: Suzy Parker (photo).
Cette année là, le hasard fit qu'il fut passager du paquebot français "Île de France", qui de New-York partit au secours de nombreux naufragés du navire italien "Andrea Doria" qui coula après sa tragique collision avec le "Stockholm" (57 morts). Les photos qu'il fit du sauvetage ont été publiées dans le New York Times, le magazine Life et diffusées dans tous les médias du monde. Cette même année, de retour à New-York en allant visiter un ami à l'Hôtel Waldorf Astoria, son physique fut remarqué par Dore Schary (photo à gauche), un directeur de la MGM, qui l'aborda dans l'ascenseur de l'hôtel en lui présentant sa carte et l'invita pour une rendez-vous dès le lendemain aux Studios! On l'engagea rapidement pour le tournage de "Raintree Country", qui ne se révéla pas être en sa faveur puisqu'il ne fit qu'une très brève apparition. Puis il fit quelques unes plus grandes dans des séries télé vedettes de l'époque.

Après avoir quitté la MGM, alors qu’il lisait langoureusement un livre de poésie dans un café, il fut remarqué par Dominick Dunne, un producteur à la 20th Century Fox, qui cherchait un acteur pour le rôle principal de sa future série:"Les Aventures dans Les îles" (au début, le rôle était prévu pour être joué par Ron Ely, qui sera le futur “Tarzan” de la série TV). Dunne déposa sa carte de la Fox sur la table devant lui et dit “Si vous êtes interessé dans une série de télévision, appelez moi!” Ce qu’il fit.
McKay passa un casting en deux auditions. Un des deux tests fut envoyé à New York au producteur. Il était loin d'être le meilleur de toutes les auditions (une cinquantaine au total), mais il avait les atouts que voulaient les producteurs: sa présence qui attire les regards de tous (surtout des filles!) et il savait parfaitement faire des nœuds de chaise...!. Comme il dit plus tard: "J'ai gagné pour savoir naviguer, mais pas pour savoir jouer la comédie". Il fut engagé et sa - courte! - carrière d'acteur commença... il avait 25 ans! (filmographie)


Dominick Dunne


La première star mondiale de la télévision
En juillet 59, alors inconnu du grand public, il fit la couverture du célèbre magazine Life (avec un encart de 8 pages), avant même que la série ne débuta sur les petits écrans. Cette publicité, reprise par de nombreux autres périodiques dans le pays, lança la série et la notoriété de McKay.
A la fin de la première saison, le jeu de McKay n’étant pas d’un “professionnalisme certain”, les médias ne donnèrent pas cher de la suite de sa carrière cinématographique. Mais ils se ravisèrent dès la sortie des premiers épisodes de la 2 ème saison. Pourquoi? Ce n’était pas à cause de l’ amélioration des scénarii. Seulement, Mc Kay avait beaucoup travaillé aux Studios pendant de longues, très longues heures (parfois 70 heures par semaine), sans compter celles à étudier les dialogues chez lui. Il fut épaulé en cela par un coach: Charles Conrad. McKay a été dans presque toutes les scènes, souvent très fatigantes physiquement, ce qui pouvait parfois se voir dans certains épisodes de la première saison.
Malgré les golibets de certains professionnels, qui lui faisaient sentir son amateurisme, et malgré la forte cadence des tournages, les difficultés de jouer en face de prestigieux acteurs et actrices, les prises répétitives qui diminuaient l’impact de ses répliques, les réalisateurs qui se succédaient à chaque épisode, avec chacun leur méthode de travail; malgré tout cela, McKay eut le grand courage de s’accrocher au rôle et améliora au fil des épisodes son jeu d’acteur, suggérant même quelquefois des mots d’humour dans les dialoques. Enfin, même si la critique n’était pas tendre lui, les producteurs, par contre, n’hésitèrent pas à jouer sur le physique de McKay en laissant voir sa poitrine musclée pour le bonheur des dames! Ils obtinrent ainsi des résultats d’audience inespérés: Les Studios de la Fox recevaient plus de 5000 lettres de fans (90% de femmes!) par semaine (plus que Marylin Monroe au plus haut de sa carrière!), les obligeant à agrandir leur service courrier!

Le rôle d'Armand Troy sur 3 saisons permit à Gardner McKay d'amasser un cachet de près de 150 000 dollars par an, et lui apporta une popularité immédiate. Malgré cela, il ne changea rien (ou presque) à sa mode de vie. Il acheta une Chevrolet décapotable blanche et eut ni imprésario, ni agent de presse personnel.

Naturellement doué pour le sport, il aimait le cheval, la plongée sous-marine, la pêche, la chasse et le basket, qu'il pratiqua assidûment à Hollywood en tant qu'organisateur et capitaine de l'équipe de basket de la 20th Century Fox, les "Red Foxes". Son équipe brilla dans les premières places du championnat local, avec dans ses rangs d'autres acteurs tel que James Garner, Ricky Nelson, Don Murray , Pat Boone et le champion olympique Rafer Johnson.
Gardner McKay adorait les animaux, en particulier son compagnon de sa vie à Hollywood, un chien griffon qu'il appela étrangement "Pussycat" (photo). On apprend même que, jeune acteur, il avait l'originalité d'avoir été aussi propriétaire de guépards, qu'il avait un temps chez lui, à Benedict Canyon près de Beverly Hills, mais a du renoncer à cause de plaintes de voisins!. Il eut aussi des lions qu'il hébergea dans un parc à Tujunga ... Original, non?
photo
photo

Fini Hollywood!

Malgré le succès fulgurant de la série et la gloire qu'elle lui apportait, Gardner McKay savait pertinemment qu'il n'était pas un acteur professionnel. Les 91 épisodes, "avalées" en moins de trois ans, ne lui ont pas permis de "souffler", comme par exemple: prendre des cours de comédie. Sachant qu'on l'engageait plus pour son sex-appeal que pour son talent de comédien, il décida de sortir de son contrat avec la Century Fox. Il déclina toutes les nouvelles offres de séries télé et même de grands films, tel celui avec Marylin Monroe. (lire anecdote)

Au printemps 1962, et dès la fin du tournage de la série, Gardner McKay décida de partir pour de longs voyages dans les Antilles, et ainsi s'échapper des pressions quasi "indécentes" de la vie hollywoodienne. Caméras et appareils de photo en bandoulières, il commença son périple par les Antilles Hollandaises. Continua par le Venezuela en parcourant le pays à pied ou à dos de cheval. Et finalement un autre mois de plus pour visiter le nord du Brésil. Accompagné par des indiens, il monta le fleuve Amazone jusqu' à Belem. Un peu amaigrit et sainement fatigué, il retourna dans sa maison de Benedict Canyon, retrouver son chien"Pussycat", en rapportant un nombre impressionnant de photos et de mètres de pellicule (sans oublier un petit singe du Brésil nommé "Fink" - sa photo); mais aussi intellectuellement une vue plus net de lui-même (sans jeu de mots!): "Je n'ai jamais su ce que je cherchais, seulement ce que je ne cherchais pas" dit-il plus tard (1999 People Magazine). Il repartit pour le Mexique, puis le Pacifique pour participer à la régate Newport-Ensenada qu’il gagna sur le “Pattycat".

12 Mars/mi-août 63: Voyage à Paris, à l'invitation de l'hebdomadaire français de télévision: Télé7Jours.(page France)
photo


Vive le théâtre!

Après ce long séjour en France, sa carrière artistique prit un tournant décisif en jouant au théâtre La Cuisine des Anges, pièce de l'auteur français Albert Husson. Gardner McKay prit le rôle de d'Alfred le Bagnard autrefois tenu à l'écran par Aldo Ray, avec Humphrey Bogard et Peter Ustinov. Mia Farrow y fut sa partenaire. Deux semaines de représentations à Colombus et Warren, deux villes dans l'état d'Ohio, lui rapportèrent 15000 dollars (72 750FF de l'époque), sans compter le pourcentage sur les bénéfices! Le public et la critique étaient conquis. Nouveauté pour lui, cette tournée lui donna le plaisir de tenir près de deux heures "en live" devant "un trou noir" remplit de 2700 spectateurs chaque soir! (Kenley Theatre de Warren). Une révélation qui le mènera à faire une brillante carrière théâtrale.

Début septembre 63: voyage à Alexandrie. Invité pour un festival de la télévision, on lui demande de revenir début l'année suivante pour des projets de films que désire produire le président égyptien Nasser. Après un nouveau court séjour à Paris en mi-septembre, Gardner McKay, mi touriste mi-futur producteur de cinéma avec des projets pleins la tête, restera près d'un mois en Égypte. Il en ramènera deux gazelles (cadeaux d'un chef bédouin).

Avril 64, Retour à Paris, après un détour à Rome de quinze jours (page France)
Quelques jours de repos à la maison en Californie, puis mai-juin 64 débute, à Madrid, son véritable premier long métrage: "The Pleasure Seekers" .

Les années 1965-67 seront entrecoupées par des pièces de théâtre tel "Dial M for Murder",(dont Hitchcock tira un film en 1954 "Le Crime était Presque Parfait", avec Grâce Kelly); "The Fantasticks" en 1965, et "Any Wednesday" qu'il joua avec Loretta Swit (voir section "femmes"). De longues études de projets de films comme "Hurricane Summer" avec Ursula Andress n'ont donné aucune suite. Cela ne l'empêcha pas de s'acheter une nouvelle maison à Cherokee Lane dans Beverly Hills avec 3 chambres, parc de 100 hectares pour ses trois chiens (dont Pussycat et Captain Chicken), ses biches et les félins (dans des cages, of course!) et un grand garage pour ses 3 voitures: la Chevrolet, la Rolls et sa Facel Vega achetée en France lors de son séjour en 63 ou 64(?).
Sa passion pour l'écriture pour le théâtre devint plus tard sa priorité. Pour tester ses pièces, il se fit même construire près de sa cuisine, un petit théâtre d'une cinquantaine de places!

Le choix de sa route.
En 1970, Gardner McKay lassé peut-être par les projets cinématographiques qui n'aboutissent pas, quitta Hollywood et ses frasques pour un tour du monde.

De retour à Los Angeles, il se mit à l'écriture de pièces, dont "Me" qui fut jouée en 1973 (voir la page "filmographie"). En 1977, il exerça différents métiers: photographe, critique dramatique pour le journal "Angeles Herarld Examiner" (1979-1981), puis donna des cours d'écriture de pièces de théatre à l'université UCLA, tout en écrivant des pièces, dont Me et Seamarks.


En 1983, toujours célibataire (malgré les nombreuses fiancées attribuées - voir page "femmes"), il épousa finalement Madeleine Madigan (photo à droite), d'origine irlandaise, chef "cordon bleu" de profession et artiste peintre par passion , qu' il rencontra à Hawaii trois ans plus tôt.
Ils voyagèrent à travers le monde, vécurent un an à Londres, puis quelques années à Los Angeles, avant de s'installer en 1987 dans les îles Hawaii, à Koko Head (à 8km d'Honolulu) dans une maison sur une colline, avec vue magnifique sur les montagnes et l'océan. Souvent on pouvait voir Gardner prendre son kayak et faire quelques virées en mer, comme lorsqu'il était enfant dans le Connecticut.
Il reprit son emploi de professeur scénariste à l'université et se mit à l'écriture de poèmes, romans et pièces de théâtre (l'écrivain).

De 1995 à 2000, McKay avait sa propre émission hebdomadaire le dimanche sur Radio-Hawaii ("Stories On the Wind"- Histoires sur le vent - jeux de mots sur "On the air" = sur les ondes). Il y lisait des petites histoires et des nouvelles pour les auditeurs.
( Ecoutez sa véritable voix! - mp3/338 ko. / Un autre extrait (827ko) enregistré vers la fin de sa vie. (format RealPlayer) pour obtenir RealPlayer

Photo Mrs Madigan McKay
Madeleine Madigan
photo

Alors qu'il était atteint du cancer de la prostate, il continua d'écrire à Koko Head. Pendant les dernières semaines avant sa mort, Madeleine et son frère Brian Madigan ont travaillé ensemble sur sa biographie ("Journey without a Map", que l'on peut traduire par "Voyage sans une carte"). Brian et sa soeur alternativement tapaient quotidiennement les mots que dictait Gardner, qui ne pouvait quitter son lit.
Par ce titre, Gardner McKay a peut-être voulu dire qu'il avait "navigué" sur la mer de la vie, sans rien préméditer, sans guide, au gré de son instinct, du hasard et de la chance..?

Il mourut le mercredi 21 novembre 2001 à 05h30 à l'âge de 69 ans.
Ses cendres sont actuellement enterrées dans le caveau paternel au cimetière de Louisville dans le Kentucky (photo de sa tombe).

Après sa mort, Brian et Madeleine ont continué de travailler sur le livre pendant quelques semaines, puis cette dernière termina le travail seule les trois mois suivants.

Le manuscrit, "Journey Without A Map", est maintenant achevé et édité en anglais (pour en savoir plus...).

Madame McKay travaille actuellement pour que d'autres manuscrits (poèmes et histoires) soient publiés pour que les nouvelles générations puissent profiter de l'expérience de sa vie intense et assûrement passionnante.

Aita aramoe*

Petites notes supplémentaires:

  • Gardner McKay avait un rhésus AB négatif: Rare! (env. 1 % de la population).
  • Son surnom au collège était "Moose" McKay. Ses plus proches amis l'appelaient souvent "Gardy".

    (Lire quelques anecdotes...)

* "pas oublié" en tahitien.

photo
Le jeune Gardner McKay en manoeuvre
A bord du Tiki pour une publicité



début

Retour haut de page

l Accueil l Les détails de la série l Tous les épisodes l Histoires l Guest stars l Biographie de Gardner McKay l Les fiancées l
Videosl Filmographie et œuvres de McKay l McKay en France l Photos l Fils de Gardner l News & Livre d'Or l Liens l Plan du Site l English version

Site créé le 5 janvier 2003 - Copyright © capitainetroy.com France 2003-2012 - All rights reserved - Toute reproduction, même partielle interdite