Gardner McKay: anecdotes...
index

Anecdotes, témoignages, écrits et citations

Ce que certains ont dit de Gardner McKay
Ce qu'il a dit de lui-même, de son passé

Celles et ceux qui ont connu Gardner McKay



- Lire nos témoignages, celles et ceux qui ont connu Gardner McKay -

Anecdotes
Pour ceux qui aiment lire... et qui veulent en savoir plus sur Gardner McKay, j'ai rassemblé quelques citations et phrases (sans ordre précis) extraits d'articles de journaux, qui - à mon avis - vous donneront une autre lumière à sa personnalité. (traduction libre)



Un marin précoce.

La fascination de Gardner McKay pour le bateau a commencé dès le berceau... Un journaliste raconte qu' un jour, à l' âge de deux ans, vivant alors à Southport (Connecticut), il tira derrière lui un baquet le long de la jetée du port, le mit à l'eau et monta à bord. Il ne fut pas long avant que la cuvette de bois ne soit à moitié remplie d'eau, lorsqu' un vieil homme non loin de là, M. John Doxy, le remarqua et le sauva par le derrière de sa culotte!

La fan
Dans les années 60, alors que Gardner Mckay était en pleine gloire médiatique, et qu'un article dans magazine "People", lui avait demandé ce qu'il voulait dans une épouse; une femme l'appela au téléphone vers 2 heures du matin. Elle lui dit qu'elle avait toutes les qualités qu'il cherchait dans une épouse. Elle était LA femme pour lui. Naturellement Gardner n'était pas très content d'être réveillé à une telle heure. Il lui répondit qu'il y avait encore une qualité pour être une épouse potentielle qui n'avait pas mentionnée dans le magazine; que toute jeune femme qu'il considérerait devrait avoir un réveil et savoir s'en servir!
Cela a du certainement tirer un trait définitif à tout espoir d'une rencontre!

McKay au tribunal
Comme cela arrive de nos jours, en 1961, il y avait de nombreuses jeunes femmes qui essayaient de traîner une vedette en justice pour une affaire de paternité. Cela arriva aussi à Gardner McKay. Une serveuse de bar de 23 ans, nommée Patrice Franz (photo de droite) avait poursuivi la star déclarant qu'il était le père de sa fille de 18 mois. McKay nia cette paternité, mais admit qu'il avait eu - une fois - une romance avec elle. Le procès révéla qu'elle Mme Franz était toujours une femme mariée mais vivait séparée de son mari. La court ne pu trouver aucune similitude entre les traits de l'acteur et ceux du bébé (les test ADN n'existaient pas alors). Finalement, le verdict déclara Gardner McKay innocent. Malheureusement, en contraste des lourdes charges contre lui, les journaux avaient enfouit le verdict en petits caractères dans leurs dernières pages, ce qui le blessât vis à vis de ses amis et parents.

Le dernier film de Marylin
A la fin de la 3 ème saison de la série, McKay voulut en finir avec sa carrière d’acteur et décida de sortir du contrat avec la Fox. Le lendemain même, il reçu un appel téléphonique du célèbre réalisateur américain George Cuckor, qui était sur le point de commencer le tournage avec Marylin Monroe de “Something’s Got to Give”, qui aurait été son dernier film. Cuckor demanda à Gardner s’il voulait être le partenaire de Marylin dans son nouveau film. Cela aurait été le rêve de tout acteur de tourner avec une telle actrice et un tel réalisateur. Mais cette offre arriva juste un jour trop tard. Gardner avait fait son choix. Il déclina l’offre. Cuckor en est resté éberlué. Il aurait déclaré “Comment peut-il oser? Il ne sait même pas marcher!” Marylin était tout aussi surprise. Un soir, elle l’appela au téléphone pour essayer de lui faire changer d’avis. La conversation prit une tournure presque romantique. “Elle était si charmante au téléphone, si séduisante, séductrice en quelque sorte” dira Gardner plus tard. Mais il refusa définitivement.

Le FBI à la porte d'entrée
En 1999, Gardner McKay faillit aller en prison pour 'menaces' contre Bill Clinton. Une plaisanterie qui faillit lui coûter cher: Il avait écrit un article dans un journal local d' Hawaii dans lequel, il mentionna les mots "kill him" (tue le) en parlant du président américain de l'époque. Ces mots pris en dehors du contexte satirique que voulait l'auteur, n'amusèrent aucunement les services secrets U.S. Leurs agents firent irruption à sa porte un lundi matin. Après près de deux heures d'explications, les "barbouzes" quittèrent les lieux, satisfaits que McKay n'en voulait en aucun cas à la vie du président:"J'ai fait quelquechose d'idiot" ... J'ai appris la leçon"..."J'ai enfreint la loi, et s'il y a besoin dans l'avenir, j'écrirai sur le président avec plus d'attention". Toutefois, McKay prit l'incident à contre-pied :"Il y a toujours quelquechose de drôle en tout et mon effort est de le trouver!" et il ajouta "L'humour est le meilleur exutoire de la colère".


Ce que certains ont dit de lui...

Robert Florey, un des réalisateurs de la série, un français, a dit "...Si Gardner McKay avait vécu au temps du cinéma muet, vu son physique, il aurait fait sensation. Il aurait été un nouveau Douglas Fairbanks”.

Jerry Wald, un producteur de l’époque qui espérait l’ engager pour un prochain film, déclara que McKay “avait les qualités de Gable, de Tyrone Power, d’Errol Flynn et de Gary Cooper, tous réunis. On ne peut être un (Marlon) Brando du premier coup. McKay était gauche, mais comme l’était Gable, mais il s’améliora au fil des années. La télévision active cette progression. Ce qui est important, concernant McKay, c'est qu’il possède ce qui définit une star - La lumière intérieure - “.

Roy Huggins, un des plus grands patrons de la Fox TV, voyait en lui “la douceur et la virilité d’un Henry Fonda”.

Dominick Dunne (voir plus haut) dit de lui qu’il avait l' éloignement et ce mystère qu’avaient les vrais “stars”, et pendant le peu de temps que cela a duré, il fut une star. Il n’a jamais vraiment aimé être un acteur, alors qu’il aimait être une star. (...). A ma connaissance, il savait mieux que quiconque comment saluer une foule hurlante, et son beau visage devenait encore plus beau à chaque clameur d’admiration qu’il recevait”.

Ce qu’il dit de lui-même...

Être acteur et Star

Lors de la reprise du tournage de la 3 ème saison, entre deux scènes, McKay, d’un air détaché, déclara à un journaliste présent sur le plateau: “Être acteur, cela m’ a aidé: faire appel à quelques émotions, des réactions... mais bon sang, qui peut dire “je t’aime” devant une caméra?”

“Je ne suis pas un vrai acteur. Montrez-moi une tirade de deux pages d’Antigone, je serai malade! Mais grâce à la comédie, je ne suis pas si renfermé ou méfiant comme je l’étais alors... comme j’avais l’habitude d’être quelquefois, (...). J’étais un solitaire!.”

A propos de son refus de continuer une carrière d’acteur, il disait plus tard: “Je n’était pas un acteur. Je n’ai jamais mis ‘acteur’ comme profession sur mon passeport . Cela a été une expérience fascinante. Vous connaissez l’étreinte de la célébrité. J’ai eu ce moment à Paris, ce moment à la Presley, lorsqu’on dit: C’est lui ! (en français dans le texte) “.

Après une première saison difficile, pendant laquelle l’homme se “cristallisait” en acteur, il a déclaré philosophiquement: “J’oublie que je suis la vedette de la série, et je ne joue que mon rôle. Cela me rend moins sensible aux exigences qui pèsent sur moi, et je donne ainsi plus d’apport au tout, à l’histoire et non pas à l’individu”.

Se tournant vers le passé...
Plus tard il dira de son métier d'acteur: "Je n'étais pas bon comme "star", J'ai toujours voulu vivre sur des bases ordinaires. Rien n'a été organisé pour moi. Je n'ai ni agent, ni attaché de presse ou imprésario, personne...

"La plupart des acteurs sont brillants et rapides, mais pas intelligents; ornés de gloire, mais pas simples; occupés, mais sans expérience..."

"Les acteurs d'Hollywood ne sont jaloux de rien, sauf des autres acteurs. Je n'ai jamais aimé le mot "acteur". Je n'arrivait pas à l'accepter. En écrivant pour le théâtre, j'avais l'occasion d'aimer les acteurs, mais pas en être un. J'aime les chiens, mais je ne veux pas en être un...".

"Ce n'est pas que j'étais trop bon pour Hollywood, seulement que c'était trop mauvais pour moi. Hollywood voulait: "change ou échoue". Je ne ferais aucun des deux".

"J'étais un acteur de méthode, sans savoir ce qu'était la méthode".

Parlant plus tard de sa période d'acteur, il dit "Tout était un coup de veine. Je suis un introverti et même au collège et au lycée, j'étais dans l'écriture. Faire l'acteur ne m'a jamais plu. C'était comme si je recevais une invitation qui serait pour quelqu'un d'autre. Mais je pensais "J'avais besoin de l'argent"!

En 1973, après la première de sa pièce "Me" à Los Angeles, un journaliste rapporte cette phrase de McKay : "Ils (les critiques) ne me félicitent pas pour avoir écrit la pièce, mais pour l'avoir mise en scène. Cette ville estime toujours l'interprète plus que le créateur."

En 1974, au journaliste américain Bert Prelusky, McKay dit à propos de des rencontres avec ses fans: "C'est comme si j'étais une prostituée qui tombait sur des ex-clients. Ou ils m'aiment et me respectent, ou bien ils me méprisent et m'en veulent, et cela pour rien."

Divers
Le tout premier jour du tournage de la première saison, l’ingénieur du son de la production rapporta qu’il fut très étonné de voir Gardner McKay venir sur le plateau en se présentant à tout le monde; et qu'’ il l’appela par son nom le lendemain. Pour le technicien, c’était la première fois, en trente et un ans de métier, qu’un acteur agisse comme cela. C’était un exemple parmi d’autres, de la gentillesse et de la considération qu’avait Gardner McKay pour les autres.

Lors d’une interview avec le journaliste Mike Wallace, celui-ci lui demanda: “Dans l’article du magazine Life (juillet 59), vous êtes comparé à un nouvel Apollon. Comment l’avez vous ressenti ?” - “Je ne suis même pas grec!”, répondit McKay, en haussant les épaules. Ce qui jeta un froid et coupa l’élan du journaliste!

A la fin du tournage de la 2 ème saison, en 61, l’équipe de tournage offrit à Gardner McKay un superbe fauteuil en cuir d’une valeur de $ 200 (de l’ époque), sur lequel était apposé une belle plaque dorée inscrite à son nom. Alors que les techniciens l’entourèrent pour lui faire la surprise; McKay, qui n’est pas du genre à montrer ses sentiments, les remercia, la gorge serrée et les larmes aux yeux!

©micreb france 2002-2005 - touts droits réservés



début
Retour haut de page

l Accueil l Les détails de la série l Tous les épisodes l Histoires l Guest stars l Biographie de Gardner McKay l Les fiancées l témoignages
Videos l Filmographie et œuvres de McKay l McKay en France l Photos l News & Livre d'Or l Liens l Plan du Site l English Version

Site créé le 5 janvier 2003 - Copyright © capitainetroy.com France 2003-2012 - All rights reserved - Toute reproduction, même partielle interdite